Tu es dans ma bulle

Tu es dans ma bulle

Vidéo : Tu es dans ma bulle
Vidéo : Tu es dans ma bulle
<iframe width="400" height="320" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=89475&taille=240" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Tu es dans ma bulle

Vidéo / Ressources thématiques / Scolaire : multi âge / Milieu scolaire / Dimension affective, Dimension cognitive, Dimension langagière, Dimension physique et motrice, Dimension sociale et morale / Espace et mobilier, Jeu (situation), Journée pédagogique, Matériel

Les enfants profitent de cette magnifique journée pédagogique pour jouer dans la cour extérieure de l'école. Plusieurs sont affairés à dessiner avec des craies sur le sol. Arnaud D., Michelle É., Emmanuelle S. et Catherine L. sont très près l'un de l'autre. Ils dessinent dans un espace vraiment restreint même si la cour est immense. Pourquoi? Probablement un besoin de se rapprocher physiquement, ou tout simplement que le partage du matériel est plus facile quand on est près. Peu importe, cela n'a aucune importance. Les enfants se placent à l'endroit qu'ils désirent et choisissent les personnes avec qui ils veulent être. L'éducatrice doit laisser faire les enfants s'il n'y a pas de conflit. Catherine L. dit: « Sophie, à se couche sur mon dessin » Catherine L. n'est pas capable de le dire à Michelle É. directement, elle n'arrive pas à régler seule son problème. Elle doit passer par Sophie, l'éducatrice. Certains enfants n'ont pas atteint encore un niveau d'autonomie dans la gestion des relations interpersonnelles. Ici, Sophie joue le rôle d'intermédiaire entre Michelle É. et Catherine L. Les habiletés sociales de Catherine L. sont en plein développement et elle est encore dans la phase égocentrique du développement. L'éducatrice doit cependant l'encourager à résoudre elle-même ses problèmes en lui apprenant à communiquer avec les autres de façon respectueuse et constructive. Elle devrait donc encourager Catherine L. à formuler clairement à Michelle É. qu'elle n'est pas contente de l'endroit qu'elle occupe, car elle touche à son dessin. Apprendre à l'enfant à communiquer ses malaises et à éviter de tout rapporter à l'éducatrice est une intervention positive. Il faut aussi apprendre à l'enfant à faire la différence entre commérer et rapporter. Commérer, c'est dénoncer la moindre petite action qui dérange l'accusateur et qui est niée par l'accusé. Rapporter, c'est informer l'adulte qu'il y a un risque de danger ou qu'il y a un problème qu'on ne peut résoudre seul. C'est une différence très importante pour l'éducatrice et cela évite bien des interventions inutiles, car l'enfant apprend à régler ses problèmes lui-même et l'éducatrice n'intervient qu'en cas de nécessité. Sophie dit : « Michelle couche-toi pas sur son dessin ma chérie, tu vas toute être sale, regarde tes pantalons, garde y'a plein, plein de place, vous êtes pas obligés d'être toutes dans le même petit trou ».

Sophie utilise un sobriquet pour faire savoir à Michelle É. qu'elle aimerait qu'elle occupe une autre place. « Ma chérie » est un petit mot doux qui fait craquer le coeur de l'enfant. Souvent, les mots affectueux sont utilisés par les parents pour signifier à l'enfant qu'il est spécial, précieux et important pour eux. Ces mots doux sont généralement utilisés dans l'intimité. De plus, le déterminant « ma » démontre la possession. Est-ce que les sobriquets doivent être réservés aux parents? Est-ce que l'éducatrice peut les utiliser? Un débat intéressant à faire auprès des éducatrices et des parents. 

« Garde mon ornithorynque », quel beau mot prononce le petit Arnaud D.! Lorsque les enfants de cet âge apprennent de nouveaux mots et en plus, lorsque ces mots sont associés aux animaux, ils prennent souvent un réel plaisir à les dire ou à les répéter. D'abord, on a l'air très savant, ensuite on semble entretenir une relation privilégiée avec cet animal peu commun. Une affection particulière se développe de la part d'Arnaud D. pour cette association entre le mot et le concept. Il réalisera plusieurs exemplaires de son dessin d'ornithorynque. Sur la séquence, on entend Arnaud D. couper le mot « regarde », « garde ». Dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, il arrive souvent que les gens coupent les mots. Ici, Arnaud D. imite ce qu'il a déjà entendu. 

Auteur(s): 

Josée, Beaumont

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2013-08-14

Mots-clés: