Les routines

Les routines

Vidéo : Les routines
Vidéo : Les routines
<iframe width="400" height="320" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=72493&taille=240" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Les routines

Vidéo / Ressources thématiques / Préscolaire : multi âge / Centre de la petite enfance (CPE) / Dimension affective, Dimension cognitive, Dimension langagière, Dimension physique et motrice, Dimension sociale et morale / Alimentation, Santé, Sécurité / Aménagement, Espace et mobilier

Encore une fois arrive la collation. Les routines occupent une place prépondérante dans un milieu de garde. Tantôt le dîner, tantôt la sieste, les journées passent vite. Il faut considérer toutes les routines comme des activités où l'enfant réalise de nombreux apprentissages. Ils acquièrent, entre autres choses, des notions d'hygiène durant la collation : ils se sont lavé les mains et ils voient que Valérie désinfecte la table. Valérie leur montre aussi à attendre, à patienter qu'elle nettoie la table, avant de recevoir leurs aliments et de commencer à manger après que tout le monde est servi. Il reste cependant encore du travail à faire, car chacun croque dans son sandwich aussitôt qu'il le reçoit. La patience est une vertu qui se transmet à travers autant de petits rituels. Ces routines prennent souvent la forme d'animations amusantes.
Le développement social occupe aussi une grande part au moment de la collation. Les petites tâches exécutées dans le but de servir les autres, telles qu'offrir les essuie-tout, donner le lait, les aliments, distribuer les débarbouillettes, participent au processus de socialisation. La place qu'occupent la communication et le langage dans cette routine aide au développement social des enfants : les échanges d'idées, les commentaires avec les autres et avec l'éducatrice, les mots et les chansons. Il y a également les comportements sociaux conformes à adopter; par exemple, ne pas parler la bouche pleine, fermer sa bouche lorsque l'on mâche, dire « merci » et « s'il vous plaît ».
Valérie respecte Tristan, qui ne semble pas prêt pour la collation. Elle demeure ferme par rapport à sa chaise. L'éducatrice doit faire très attention à son dos; lorsque l'on travaille auprès de la petite enfance, le mobilier est adapté à la taille des petits et ces petits se retrouvent souvent dans nos bras. Le dos en prend un coup, il faut le ménager. Valérie exige sa chaise. « Tu te choisis une chaise ou tu t'assois avec moi! » Tristan ne veut pas, elle le laisse, par la suite elle obtient sa chaise. Rester cohérente dans nos exigences et aller jusqu'au bout de nos interventions n'est pas chose facile. Il serait moins exigeant d'acheter la paix en lâchant prise - Tristan aurait pu demeurer sur la grosse chaise et Valérie s'asseoir sur une petite chaise d'enfant -, mais les éducatrices forment les adultes de demain.
Durant la collation, les enfants manifestaient plus d'impatience qu'à l'habitude, possiblement en raison du réveil non naturel provoqué par sa propre toux ou celle des autres. Pour calmer les enfants, Valérie entonne la chanson suivante :

Chanson : Qu'est-ce qu'on mange? Air traditionnel : La peinture à l'huile (tiré de « Routines et transitions en services éducatifs », 2002)

J'entends dans mon ventre un petit glouglou
Il me dit : « Qu'est-ce qu'on mange? J'ai une faim de loup » 
Je m'assois en silence avec mes amis
Ça sent bon, qu'est-ce qu'on mange? J'ai une faim de loup

L'éducatrice doit souvent improviser ce genre d'intervention afin de faire patienter les enfants. Se créer un répertoire de jeux, de comptines et de chansonnettes devrait constituer son coffre à outils spontané pour changer les idées et calmer les petits loups affamés.
Aujourd'hui, pour la collation de l'après-midi, un sandwich fait de deux craquelins tartinés de fromage. Ce fameux fromage fondu orange fait sensation, les enfants en réclament et en oublient leurs bonnes manières.

Caméraman : Guillaume Tremblay

Auteur(s): 

Beaumont, Josée

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2012-03-06

Mots-clés: