L'autoévaluation 3

L'autoévaluation 3

Vidéo : L'autoévaluation 3
Vidéo : L'autoévaluation 3
<iframe width="400" height="320" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=89213&taille=240" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

L'autoévaluation 3

Vidéo / Ressources thématiques / Scolaire : cinquième année / Milieu scolaire / Dimension affective, Dimension cognitive, Dimension langagière, Dimension physique et motrice, Dimension sociale et morale / Activité

Au service de garde Les camarades rient, les enfants font leur autoévaluation et reçoivent des commentaires de leur éducateur ou de leur éducatrice, une fois par année, au mois de février. Ce ne sont pas tous les services de garde qui font cette autoévaluation. Celle-ci amène l'enfant à mieux se connaître en réfléchissant sur ses comportements dans certaines situations. C'est aussi un beau moment d'échange avec l'éducatrice. Une fois rempli, le formulaire d'autoévaluation est acheminé aux parents et ceux-ci doivent la signer pour indiquer qu'ils en ont pris connaissance. Janik fait l'autoévaluation de Samir B., un enfant du groupe des grands. Dès le début, elle utilise des synonymes et des exemples pour qu'il comprenne bien le sens de la question et les choix de réponses. Il répond spontanément à la première question, mais choisit deux réponses à la deuxième question. Samir B. suggère des adaptations au questionnaire de Janik en lui expliquant « qu'il a un peu des deux réponses ». C'est intéressant de constater que certains enfants peuvent dépasser les cadres établis pour mieux exprimer leur pensée. Il n'y a pas juste une réponse, il y en a plusieurs, et Samir B. se rend compte que la question telle que formulée aborde deux dimensions. Il mentionne qu'il garde ses émotions pour lui, qu'il n'en parle même pas aux amis.

Pour l'éducatrice, cette information livre une caractéristique importante de la personnalité de l'enfant. Si elle devait constater ultérieurement qu'il n'a pas l'air bien, elle essaiera subtilement de lui permettre d'exprimer son émotion. Quand Samir B. ne comprend pas la question ou les choix de réponse, il demande à Janik de lui expliquer. L'éducatrice doit vérifier la compréhension de l'enfant afin de s'assurer de la justesse de l'autoévaluation. À la dernière question concernant les conflits, l'information donnée par Samir B. dépasse le cadre des choix de réponses. Il se reporte à son expérience. Il fait de bons liens lorsqu'il dit : « Des fois, c'est mes amis qui sont portés à dire que Samir s'excuse ». Cependant, Janik reformule sa réponse : « Ce ne sont plus tes amis qui vont aller te voir pour savoir si ça va ou si ça ne va pas. ». Elle note tout de même une partie de la façon dont Samir B. gère ses conflits : il se renferme. Elle interprète ensuite l'autre partie « à moins qu'un ami aille le voir ». Janik vérifie toujours si Samir B. est d'accord avec ce qu'elle note. L'utilisation de choix multiples confère à l'autoévaluation une rigueur méthodologique qui réduit les écarts d'interprétation de part et d'autre. Il n'est pas toujours facile de mener ce genre d'évaluation en toute objectivité.

Caméraman: Daniel Hardy

Auteur(s): 

Beaumont, Josée

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2013-08-14

Mots-clés: