La fébrilité du départ

La fébrilité du départ

Vidéo : La fébrilité du départ
Vidéo : La fébrilité du départ
<iframe width="400" height="320" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=89390&taille=240" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

La fébrilité du départ

Vidéo / Ressources thématiques / Scolaire : multi âge / Milieu scolaire / Dimension affective, Dimension cognitive, Dimension langagière, Dimension physique et motrice, Dimension sociale et morale / Accueil/Départ, Alimentation / Aménagement, Espace et mobilier, Jeu (situation), Journée pédagogique, Matériel

Les enfants prennent la collation de l'après-midi au milieu des bagages, dans une atmosphère de salle des pas perdus. Isabel A.-B. mange une collation apportée de la maison. Lorsqu'il reste de la nourriture du midi, livrée par le traiteur, rien ne se perd, les enfants peuvent la manger à la collation de 15 h 15. Ici, c'est un morceau de gâteau que les enfants mangent; il arrive que ce soit des yaourts, des crudités, tout dépend des aliments restants. Aujourd'hui, un groupe d'enfants du service de garde va coucher au lac Pouce. La fébrilité est palpable. La journée pédagogique de demain permet la tenue d'une excursion singulière dans un centre de villégiature. Les autres enfants viendront au service de garde. Tous les enfants ne participent pas nécessairement aux sorties. Certains préfèrent venir au service de garde, d'autres ne peuvent tout simplement pas y participer à cause des coûts supplémentaires pour les parents.

Lors d'une journée pédagogique, il y a tout de même des activités spéciales organisées par les éducatrices qui restent à l'école. La qualité des activités revêt alors un caractère important. Il y a un peu plus de temps qu'à l'habitude puisqu'il n'y a pas de classe. Nancy, la stagiaire du cégep de Jonquière, essaie de stimuler les enfants à venir au service de garde durant la journée pédagogique. Elle les informe des activités bien particulières qu'ils auront la chance de faire. La petite Nikki B. est bien triste, elle se confie à Nancy. Elle aurait bien aimé aller au lac Pouce avec les autres, mais sa maman la trouve trop petite. Nikki B. est en première année, elle a 6 ans. Il n'est pas toujours facile pour un parent de permettre à son enfant de participer à ce genre d'activité, surtout de dormir ailleurs. Le lac Pouce est situé à environ 30 minutes de la maison et si l'enfant a un petit cafard au coucher, c'est un peu loin pour aller le chercher. Nancy prend le temps d'écouter Nikki B., elle se baisse pour être à sa hauteur et elle fait de l'écoute active. Pour démontrer qu'elle est empathique à Nikki B., Nancy lui mentionne qu'elle pourra y aller l'an prochain. Elle sera plus grande. Elle essaie aussi de la stimuler à venir à la journée pédagogique au service de garde : il va y avoir des activités intéressantes, elle pourra s'amuser tout autant. Nikki B. fait ensuite une accolade à Nancy. Elle se sent écoutée et comprise. Même si l'enfant n'a pas obtenu ce qu'il désirait, le fait d'en parler le soulage un peu. Élodie B. et Anne-Renée G. attrapent un fou rire devant la caméra. Elles savent que le caméraman les filme, mais le fou rire est trop fort, elles éclatent. Pas facile de contrôler ce genre de réaction... Isabel A.-B. déguste maintenant un morceau de gâteau. Elle est très belle à voir, une petite bouchée, une grosse bouchée. Même la caméra ne semble pas la déranger. Il y a des enfants pour qui manger constitue un véritable plaisir. Indéniablement, cela semble être le cas pour Isabel A.-B.

Caméraman : Guillaume Tremblay

Auteur(s): 

Beaumont, Josée

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2013-08-14

Mots-clés: