On dessine, on dessine et on dessine

On dessine, on dessine et on dessine

Vidéo : On dessine, on dessine et on dessine
Vidéo : On dessine, on dessine et on dessine
<iframe width="400" height="320" allowtransparency="true" src="http://monde.ccdmd.qc.ca/video/?id=89344&taille=240" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

On dessine, on dessine et on dessine

Vidéo / Ressources thématiques / Scolaire : multi âge / Milieu scolaire / Dimension affective, Dimension cognitive, Dimension langagière, Dimension physique et motrice, Dimension sociale et morale / Activité, Aménagement, Espace et mobilier, Jeu (situation), Journée pédagogique, Matériel

Joanie C., Laure G.-T. et Élysabeth G. dessinent et se taquinent. Elles ont beaucoup de plaisir ensemble, elles sont très complices. Il faut laisser les enfants rigoler et avoir du plaisir; cela ne dérange pas, au service de garde, en autant que le ton et le bruit ne soient pas trop forts. Les enfants doivent demeurer assis et concentrés toute la journée durant la classe, il faut donc leur permettre de s'éclater un peu entre amis et surtout ne pas oublier que les enfants qui ont du plaisir, risquent d'apprécier le service de garde et d'y revenir. Le dessin est très populaire chez les filles. Elles adorent dessiner entre amies, discuter de leur oeuvre, se proposer des améliorations, des suggestions. C'est un beau moment d'échange et de complicité.

Élodie B. montre à ses amies sa réalisation. Elle y ajoute des touches personnelles qu'elle trouve elle-même très drôles, elle a un bon sens de l'humour. Elle apprend à jouer avec les mots, « tournedos, tourne le dos! » Elle est maintenant capable de découper les mots et d'y trouver une autre signification. Se situant dans le stade de la pensée opératoire concrète, son raisonnement se fait à partir du concret; elle le démontre bien en illustrant sa blague avec des images. Le calembour demeure une source inépuisable de plaisir et de divertissement.

Mireille est assise à une table avec des enfants qui dessinent des labyrinthes. Les enfants d'âge scolaire sont attirés par la réalisation de labyrinthes, car en plus de jouer avec les formes et les couleurs, ils peuvent user de stratégies et les faire solutionner par une autre personne. C'est plus qu'un dessin, c'est un jeu, un exercice d'observation. Mireille invite la petite Camille T. à venir dessiner. Elle stimule bien les enfants en écrivant à côté de leur labyrinthe un beau Bravo! Les enfants ont besoin d'encouragements pour leur estime de soi. Leur dire qu'ils sont bons les aide aussi à poursuivre leur travail. Maintenant, Yann-Ravens F. réalise une bande dessinée. Il trace toutes ses cases, il utilise le carré. Il sait maintenant que pour bâtir une bande dessinée, il doit se servir de ce cadre pour séparer chacun des dessins. Même si elle est occupée avec des enfants à une table, Mireille demeure disponible à tout le monde, les enfants peuvent aller la consulter en tout temps. « J'ai le temps de jouer à l'ordi? » Aussitôt l'autorisation demandée, aussitôt la réponse donnée. « 10 minutes, t'as pas le temps, dépêche-toi, dans 10 minutes, on va aller jouer dehors, c'est sûr! » Camille T. est concentrée sur son labyrinthe, ses chemins sont très sinueux. Tom L. soumet son labyrinthe à Mireille. Avant de commencer, elle lui pose des questions, pour bien comprendre ce qu'elle doit faire. Elle trace son chemin avec un crayon. « Mireille va prendre un autre chemin! » Or, lorsqu'elle parle d'elle à un enfant, l'éducatrice devrait utiliser adéquatement les pronoms; l'enfant sait qui elle est, il connaît son prénom. Et pour l'apprentissage du langage, il est important que l'éducatrice adopte un bon vocabulaire. Parler aux enfants à la troisième personne peut devenir pour elle un automatisme et ce n'est pas approprié auprès des enfants. Employer le « je » montre à l'enfant comment utiliser les pronoms, elle sert de modèle. Mireille démontre à Tom L. qu'elle n'est pas capable de faire le labyrinthe, elle lui demande alors de le faire. Elle le fait réfléchir en lui posant des questions. Il essaie de résoudre son problème, mais en vain. Il le fait cependant en chantonnant. Rien ne le décourage. De la gomme, des suçons, le lendemain de l'Halloween, c'est permis; mais demain, la règle recommencera à s'appliquer. Il faut maintenant ramasser, c'est l'heure d'aller dehors. Le rangement se fait toujours par les enfants, c'est une bonne habitude à leur inculquer. Ils sont capables de le faire et l'éducatrice n'est pas obligée de ranger seule.

Caméraman : Guillaume Tremblay

Auteur(s): 

Beaumont, Josée

Ayant(s) droit: 

CCDMD

Date de parution ou dernière mise à jour: 

2013-08-14

Mots-clés: